ministres Burkina
Enquête

Comptes Bancaires des Ministres : quand le manque de franchise trahit la confiance

La confiance de l’Etat  souffre-t-elle de la franchise de ses ministres sur la déclaration de leurs biens ? Plusieurs comptent bancaires qui affichent des soldes modestes ou nuls contrastent sérieusement avec les trains de vie élevés des déclarants. Si le compte bancaire indique la santé financière immédiate d’une personne, alors La liquidité déclarée par certains puissants ministres nous assomme au point qu’on finit par se demander si tout cela n’est pas une mise en scène théâtrale.

L’autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE/LC) a reçu conformément à la loi, la déclaration des biens de certains ministres. Malgré l’exigence de la loi qui oblige ces ministres à le faire dans un délai de un mois suivant leur prise de fonction, c’est pratiquement après six mois que l’ASCE/LC enregistre ses premières déclarations.

Si la forme fait défaut, le plus gros problème réside dans le contenu même de ces déclarations. Nous nous sommes intéressés aux comptes bancaires des quelques ministres dont les déclarations de biens ont fait l’objet de publications dans le Journal Officiel du 24 Juin 2019. 

Les bons élèves de la transparence (seulement pour les comptes bancaires)

Résident dans cette catégorie les bons élèves de la transparence, les ministres donc les comptes bancaires affichés sont plus proches de la réalité. Le premier d’entre eux est Moumina Cherif SY, Ministre de la défense Nationale et des Anciens Combattants.  Né le 17 mai 1960 à Nema en Mauritanie et père de deux enfants, Cherif Sy possède trois comptes bancaires ouverts à UBA avec un solde cumulé de 29 688 153 FCFA. Même si tout le monde sait que l’ex président du Conseil National de la Transition (CNT) possède plus que ça, une analyse intégrale de l’ensemble de ses déclarations fait croire à un effort de transparence de sa part.

Vous pourrez lire aussi :   Canal + France : environ 500 postes seront supprimés

Madiara SAGNON/TOU, Ministre déléguée au Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la cohésion Sociale. Née le 31 Décembre à Labova, Samkrala. Mère de deux enfants, la Ministre délégué a quatre comptes bancaires au total (SGBF, deux comptes à la BCB, BOA). Les soldes cumulés de ces quatre comptes s’élève à 14 689 801 FCFA.

Sur cette liste, on peut ajouter également le Ministre de la Jeunesse Salif TIEMTORE et le Ministre des Sports et des loisirs Daouda AZOUPIOU dont les soldes des comptes bancaires s’élèvent respectivement à 11 230 000 FCFA et 12 195 475 FCFA

Notre analyse se fonde sur le fait que certains sont des nouveaux ministres du dernier gouvernement et que de ce fait, les biens déclarés peuvent être considérés comme réalistes par rapport à la durée de leur fonction.

Les mauvais élèves de la transparence

Le Ministre qui a fait preuve d’un manque total de franchise par rapport à Ses comptes bancaires reste Lassané KABORE, Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement. Né le 31 Décembre 1968 à Fara et père de quatre enfants, le Ministre KABORE fait état de huit comptes bancaires à son actif mais aucune trace du moindre solde sur ces différents comptes. Pourtant le formulaire de déclaration des biens demande expression le solde de chaque compte bancaire à la date de la déclaration.

Vous pourrez lire aussi :   Whatsapp : des responsables gouvernementaux victimes d'une Cyberattaque

A la suite du Ministre des Finances, il y’a la toute puissante Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action Social Mme Hélène Laurence Marchal ILBOUDO. Mère de six enfants, la Ministre Marchal ILBOUDO est née à Douka en Guinée Conakry. Elle a déclaré deux comptes bancaires (SGBF et BOA) qui cumulent un solde totale de 2 567 420 FCFA. Après plus d’une année de fonction ministérielle (nommée le 5 février 2018) et Pour une Ministre qui s’est fait voler 22 millions à domicile par ses servantes en Septembre 2018, il y’a lieu de dire que cette déclarations manque tout simplement de sincérité.

C’est sûr, et c’est connu, les déclarations de biens de certains membres du gouvernement ne reflètent pas la réalité. Cette pratique est devenue monnaie courante. Pourtant les déclarations inexactes ou incomplètes sont punies par la loi anti-corruption en son article 30 qui stipule que « Toute personne qui, sciemment fait une déclaration incomplète, inexacte ou fausse…, est privée du tiers de ses émoluments avec poursuites judiciaires »

Vous pourrez lire aussi :   Facebook : 16,7 milliards de chiffre d'affaires réalisés

L’ASCE/LC devra dont prendre les mesures nécessaires en vue de punir les contrevenants pour donner à cette initiative tous les moyens afin de lutter efficacement contre la corruption et l’enrichissement illicite.

Assane BA

Commentez l'article