L’affaire Adja Divine : au-delà des passions, quelle est la réalité des faits ?

Suite à son agression le Mardi 23 Avril 2017 par de groupes de jeunes fortement surexcités, Adja Divine a tenu pour responsables les éléments  de la police nationale qui étaient sur les lieux pour un contrôle routier. Selon l’infortuné, c’est le comportement de ces policiers qui aurait rendu les populations agressives à son égard. Pour montrer sa détermination, elle déposera une plainte le lendemain, non seulement contre ces agresseurs, mais aussi contre la Police Nationale. Une plainte pour laquelle jusqu’à présent aucune information judiciaire n’a été ouverte (selon nos sources).

Mais en réalité, quelle est la part de responsabilité de ces éléments de la Police qui faisaient tout simplement leur travail?

Radio Cosmos Ouaga condamne fermement toutes formes d’agression et de violence contre tout citoyen Burkinabè qui qu’il soit. Et nous pensons par ailleurs que les agresseurs d’Adja Divine doivent-être jugés et punis à la hauteur de la barbarie qui est la leur. En revanche, jeté son dévolu sur la police n’a fait que rendre inconfortable la situation déjà critique de la victime. Le jour des faits, la victime à elle-même reconnu avoir contourné les deux policiers à deux reprises parce que le délai de l’assurance de son véhicule était expiré. Et c’est justement à la deuxième tentative, qu’elle a été interceptée par la police. En voulant contourner les deux policiers jusqu’à deux reprise sous leur né, Adja Divine a eu ce qu’on appel à la police « un comportement suspect ». Et cela est enseigné dans toutes les écoles de police. Une attitude inhabituelle d’un individu dans certains endroits rend ce dernier a priori suspect. Ce fût le cas de Adja Divine. Il était du devoir de ces deux policiers de chercher à comprendre ce qui se passait. A rappeler que Leur ordre de mission ce jour-là était une mission de contrôle et de fouille (selon le communiqué de la Police Nationale).

Vous pourrez lire aussi :   le permis de conduire burkinabè ne sera plus valable en France

En quoi donc les deux policiers ont failli, d’autant plus qu’ils sont dans leurs prérogatives ?

Dans un contexte miné par le terroriste, la bonne vigilance de nos Forces de Défense et de Sécurité n’est-elle pas recommandée ?

En outre on peut admettre que l’interpellation de la victime a été faite dans un cafouillage total occasionné par des individus figés dans leur pensés ayant réagi sous la base d’une allégation non fondée. Ce comportement n’a pas rendu facile la tâche des deux policiers qui se sont vus très vite débordés. Mais ce qu’on ne dit pas assez, le comportement de Adja Divine a également compliqué le travail de la police.

Les erreurs commises par la victime

1-En contournant à deux reprises les policiers, Adja Divine s’est rendu suspecte mettant ainsi la puce à l’oreille des agents de sécurité. En voulant l’interpeller, elle s’est rendue hostile.

2- le refus d’obtempérer est en lui-même un acte d’incivisme. Nul n’est au-dessus de la loi. Une assurance périmée ou un bébé qui pleure ne peuvent pas être des raisons justificatives pour s’extirper au contrôle de la police. Par ailleurs, selon certaines sources, l’assurance auto de la victime serait à jours (information à vérifier). En voulant donc fuir les policiers, elle a pris déjà un grand risque.

Vous pourrez lire aussi :   Le PDG de "Abdoul Service" fait parler son coeur : Une ambulance pour l'arrondissement n.9 de Ouagadougou

3-« je n’accuse pas les populations, j’accuse la police routière », voici bien des propos qui ne sont pas du genre à améliorer la situation. N’est-ce pas la même police qui est revenue en renfort pour limiter les dégâts ? En accusant ouvertement la police et en déposant une plainte contre elle, Adja Divine a fait une erreur fondamentale qui va jouer négativement sur le reste de l’enquête. Pour retrouver les coupables, c’est-à-dire ceux qui ont molesté, lynché et agressé sauvagement la victime, la police a un rôle important à jouer. Mais s’ils font partie des accusés, c’est sûr que l’enquête va traîner ou au pire des cas, elle sera sans issue. La plainte devrait-être dirigé contre les agresseurs et non contre la police. Pour cause, l’Union Nationale de la Police (UNAPOL) a déposé à son tour une plainte contre la victime pour diffamation, refus d’obtempéré….

     La police qui devrait-être un allier de la victime dans ces cas de figure est devenue à présent un adversaire. Et dans une telle circonstance, la solidarité entre la police et la  justice se créera plus facilement que celle entre Adja Divine et la justice.

Vous pourrez lire aussi :   Association "Solidarité Laïque" : des projections de Films pour mieux sensibiliser

Dans cette affaire, il y a eu des manquements de part et d’autre. Mais un traitement diligent de la part de la victime elle-même serait un premier pas vers l’arrestation des coupables. Nos souhaits est que la justice fasse son travail afin d’aboutir à la punition pure et simple des agresseurs pour que de telles choses ne se répètent plus au pays des hommes intègres. Une fois de plus tous nos encouragements à la victime.

 

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter