REMAN ET FLOWMAN BOY : deux artistes musiciens qui suscitent la curiosité

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’année » voici bien une expression qui trouve tout son sens avec ces deux artistes musiciens qui tentent de frayer leur place dans la sphère musicale burkinabé. Ils nous ont émerveillé au plus d’un titre et on vous fait découvrir ces voix qui porteront sans doute l’espoir de la musique burkinabé dans les années à venir.

REMAN

C’est à BAMA à 25 km de Bobo Dioulasso vers les années 2005 que Reman a commencé à développé son talent musical. Ensuite, les choses se sont déroulées très vite. En 2010, sa rencontre avec Floby à Bama (il était venu pour un concert) va créer le déclic de la musique en lui. Les encouragements de Floby à son petit protégé d’alors finiront par convaincre REMAN d’empreinter une carrière musicale.

En Février 2011, il démarque à Ouaga avec pour seul objectif, vivre sa passion musicale. Comme prévu, il cherche à rencontrer Floby qui va l’intégrer dans la FLOBANDE. En participant à plusieurs tournées du Baba, Reman va acquérir une expérience hors du commun. Les rouages du showbiz burkinabé n’ont plus de secret pour lui et quatre ans plus tard, il décide de prendre son destin en main.

Vous pourrez lire aussi :   KUNDE D'OR 2017 : IMILO SUCCEDE A DICKO FILS.

Le 04 Octobre 2015, il sort son premier single intitulée « Dounia » suivi du premier album en 2017 qui évoque l’amour, le courage, la persévérance etc…

Pour Reman, le métier d’artiste musicien est très compliqué au Burkina Faso à cause souvent de l’incompréhension des autres et du manque crucial de moyens. C’est difficile d’avoir un producteur et l’autoproduction est devenue la mode. Cette situation, selon lui, ne permet pas à l’artiste de bien promouvoir son œuvre. L’artiste félicite le Ministère de la culture pour ses différents soutiens aux artistes, mais plaide pour une augmentation de la chayotte pour permettre aux artistes sérieux de faire un travail de qualité. Dans sa carrière, Reman a fait la rencontre d’un autre artiste avec qui il partage tout (sauf les femmes bien sûr). Flowman Boy, puisque c’est de lui qu’il s’agit, tout comme Reman vit la passion musicale comme un sacerdoce.

FLOWMAN BOY

« J’ai rencontré Reman quand j’étais à Bobo. J’avais une prestation à Bama dans le village de Reman et là on a fait la connaissance. Nos liens se sont renforcés parce que nous travaillons avec le même arrangeur » nous a laissé entendre Flowman Boy.

Vous pourrez lire aussi :   TIC AU FASO : lancement de la FITT 2017.

C’est depuis la sixième EN 2007 que Flowman a adhérer au mouvement RAP à Bobo Dioulasso. En 2012, il décide de se professionnaliser et d’en faire un métier malgrès l’opposition de ses parents qui souhaitaient voir leur enfant manier les équations mathématiques au lieu du flow Hip pop.

En 2015, Flowman boy intègre un groupe de Rap à Bobo dénommé  ‘’ les titans du Rap ‘’. Depuis le quartier Kolma, le flow coulait en abondance.

Entre 2017 et 2018, il fait sortir son premier album intitulé « Dans La Cité » ou DLC. Le Rap est pour flowman Boy un cadre d’expression pour donner son avis sur les tares de la société, l’inégalité, la mauvaise gouvernance etc…

Son objectif et son souhait, c’est de donner à son album la promotion qu’il faut afin que tous les Burkinabé puissent s’imprégner du contenu de celui-ci.

LA COLLABORATION ENTRE LES DEUX ARTISTES

REMAN et FLOWMAN BOY collaborent (en feat) sur un titre de Reman intitulé « Daaré » dont le clip a été réalisé en Avril 2018.

En plus de cette collaboration artistique, les deux artistes sont ensembles à tout moment. Il est facile de les percevoir sur les voies du quartier Pyssi dans leur voiture décapotable Peugeot. Pour eux, il est important que l’artiste soit dans les conditions pour mieux vendre son art. Et quand on leur demande comment ils ont acquis leur engin, parce que c’est pas évident pour des artistes débutants comme eux, leur réponse est assez évasive :

Vous pourrez lire aussi :   Le Rap Burkinabé se renforce : PAPANIN se révèle à travers un opus de 11 titres.

FLOWMAN BOY: « la vie est pleine de mystère, on ne peut pas tout savoir. Souvent il vaut mieux regarder et se taire »

C’est REMAN qui sera on ne peut plus claire « Vous savez dans le monde de la musique, il faut soigner son apparence pour être respecter. Donc il y a certains proches qui comprennent ça et qui décident de vous soutenir dans ce sens pour que vous puissiez atteindre vos objectifs. »

PS : les artistes s’expriment mieux en Mooré et en Dioula.

Hassane Meddeb

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter