Donald Trump en guerre contre la plateforme chinoise Tik Tok et bien d’autres applications

L’application mobile TikTok est accusée par le président américain Donald Trump de récolter des données personnelles et des informations pour le gouvernement chinois. Mais d’autres applications chinoises pourraient être interdites par les États-Unis, au nom de la sécurité nationale.

Il y a d’abord le réseau social WeChat qui propose des services divers, de la simple messagerie à la commande de repas à domicile, en passant par un service de paiement. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a affirmé que son administration envisageait d’interdire cette application, comme l’a déjà fait le gouvernement indien.

Dans le collimateur des autorités américaines, il y a également le moteur de recherche Baidu, concurrent asiatique de Google, puis Weibo, l’équivalent chinois de Twitter et aussi AliExpress, l’application du géant chinois de la vente en ligne Alibaba. À cela s’ajoutent tous les logiciels de reconnaissance faciale. 

Toutes ces plates-formes qui récoltent des données personnelles sont un nouveau front de la guerre que se livrent les États-Unis et la Chine. Aujourd’hui, les géants du web chinois, les BATX, sont en concurrence directe avec les GAFA américains en termes d’utilisateurs et de rentabilité. Cette décision de l’administration Trump va mettre un frein à leur conquête du marché mondial.

Vous pourrez lire aussi :   Le discours de Kamala Harris, la future Vice-présidente des USA

Selon une étude publiée ce mardi 4 août par le groupe de médias Hurun, Pékin surpasse la Silicon Valley en nombre de « licornes », ces jeunes entreprises à forte croissance et valorisées à plus d’un milliard de dollars. Même si les États-Unis dominent toujours le podium mondial, Pékin compte désormais 93 licornes, alors que San Francisco, basée dans la Silicon Valley, en comptabilise seulement 68. Shanghai arrive en troisième position avec 47 licornes.

Source : RFI

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter