Côte d’ivoire : les vraies raisons de la mort d’Hamed Bakayoko

Après la mort du Premier Ministre ivoirien Hamed Bakayoko, beaucoup de questions taraudent les esprits sur les circonstances réelles de cette disparition. Plusieurs événements ont conduit à ce sort malheureux depuis sa nomination en tant que Premier Ministre. Dans un récit effroyable, le célèbre Blogeur Chris Yapi revient sur la genèse d’une âme pleine de vie anéantie par ses propres compatriotes.

Hamed Bakayoko a subit beaucoup d’humiliations de la part d’Alassane Ouattara et de son frère Téné Birahima Ouattara (alias Photocopie). Tout le monde sait que la nomination d’Hamed Bakayoko au poste de Premier Ministre a été un long chemin de croix pour ce dernier, tout le long duquel il a enduré tous les supplices. Naturellement, en tant que numéro 2 du gouvernement, il s’attendait à une promotion en devenant le numéro 1.

Malheureusement, les grosses divisions de clans, les factions qui s’affrontaient au grand jour au sein du RHDP après le décès d’Amadou Gon-Coulibaly, ont constitué un obstacle imprévu. Grâce à ses interventions subtiles auprès de la Première dame, Hamed Bakayoko a réussi à obtenir la promesse ferme du Président de la République, qu’il serait nommé nouveau Premier ministre. Il a même sabré le champagne cette nuit-là en compagnie de ses proches.

Une nomination de justesse…

Mais une fois que la nouvelle a commencé à circuler, une grosse majorité au sein du RHDP s’est opposée.  Elle ne concevait pas que Hamed Bakayoko, accusé d’être un narcotrafiquant international puisse être nommé à un tel poste et diriger le gouvernement de leur pays. Cette nomination que HambacK attendait au lendemain de l’inhumation de l’ancien Premier Ministre a commencé à devenir hypothétique. Le Président de la République s’est mis à hésiter n’étant visiblement plus chaud pour le nommer, il est même apparu évident qu’il cherchait un candidat de substitution ainsi des noms de personnalités telles que le gouverneur Koné Tiémoko, le Ministre Patrick Achi, la Ministre Marie Koné, l’Ancien Ministre et financier Tidjane Thiam ont commencé à circuler.  Certains d’entre eux ont même été approchés par le palais en vue de les sonder. Hamed Bakayoko face aux hésitations du Président Ouattara s’est senti profondément blessé et meurtri. Il était triste de voir que malgré la parole qui lui avaient été données le Président cherche à le contourner pour désigner quelqu’un d’autre. Il a envoyé plusieurs signaux au Chef de l’Etat pour dire qu’il restait dans l’attente de son décret de nomination. C’est ainsi que Alassane Ouattara le fit appeler pour lui dire qu’il était ennuyé parce que beaucoup de cadres au sein du RHDP étaient opposés à sa nomination et qu’il avait peur de casser son parti parce que des Ministres menaçaient même de démissionner.

Vous pourrez lire aussi :   Zambie : Une élection présidentielle sans internet

   Quelques jours après, Hamed Bakayoko a sollicité et obtenu un rendez vous et un tête à tête avec le Président Ouattara. Il a déclaré au chef de l’état qu’il savait l’embarras dans lequel ce dernier se trouvait et qu’il ne souhaitait pas que le Président de la République ait une position inconfortable,  et que suite aux polémiques entourant sa future nomination au poste de chef du gouvernement,  il renonçait à ce poste. Il a ajouté qu’il voulait mettre le Président à l’aise et qu’il pouvait nommer qui il voulait dans l’intérêt de la nation.

Hamed Bakayoko : Un Premier Ministre sans pouvoir

 Pris de court, Alassane Ouattara lui avait dit qu’il allait encore réfléchir, qu’il ne fallait pas que Hamed Bakayoko soit déçu, que rien n’était encore décidé. C’est après cette entrevue que Le Président s’est résolu finalement à le nommer Premier Ministre. Mais Alassane Ouattara se garda bien de lui laisser la plénitude de sa fonction. Bien que Chef du gouvernement, il était serré de près par deux hommes choisis par le chef de l’Etat pour faire le travail de coordination de l’action gouvernementale. Ces deux hommes sont Patrick Achi et son adjoint Claude Isaac. Hamed Bakayoko est réduit à signer les documents que les deux vont traiter sous l’autorité du Chef de l’Etat lui-même. Le président de la République a formellement intimé aux autres membres du gouvernement que tous les dossiers économiques et financiers soient prioritairement confiés à Patrick Achi et Claude Isaac. Hamed Bakayoko devait lui recevoir les dossiers relatifs aux négociations avec les partis politiques de l’Opposition. Le Premier Ministre est donc réduit à faire de la figuration.

Des exemples frappants peuvent encore illustrer cette posture malheureuse. Le 26 août 2020, Hambak était à Koumassi pour l’inauguration du siège local des Rois et Chefs traditionnels de cette commune. Mais le Ministre Maire de ladite commune bâtisseur du dit ouvrage a acquis le consentement de Téné Birahima Ouattara (Petit frère du Président) avant d’accepter Hamed Bakayoko comme parrain de la cérémonie.

Un autre exemple, le Premier Ministre se déplaçait à Benoît le 27 août 2020.  Aucun ministre ne s’y est rendu à l’exception des ministres qui étaient contraints. Pourtant quand Amadou Gon Coulibaly était Premier Ministre les membres du gouvernement se bousculaient pour être à ses côtés  lors de ces activités. Mais aujourd’hui, certains disent que pour se couvrir, avant d’aller à une manifestation d’Hamed Bakayoko, il en informe d’abord Téné Birahima Ouattara pour avoir son autorisation sinon ils craignent pour leurs postes.

Vous pourrez lire aussi :   Côte d'ivoire : Alassane Ouattara annonce la mort d'Hamed Bakayoko

La personne du Premier Ministre sous surveillance perpétuelle

Depuis un certain temps, Hamed Bakayoko était l’un des hommes les plus surveillés par les services de renseignement dirigé par Photocopie le frère d’ Alassane Ouattara.  Sa totale absence sur les crises qui ont secoué récemment le pays à renforcer le sentiment qu’il avait un plan B en tête. Pour preuve, il y a quelques mois il avait convoqué un certain nombre de ministres pour une séance de travail à la primature relativement aux manifestations de l’opposition, qui avaient cours dans le pays et qui menaçait la tenue du scrutin présidentiel. Téné Birahima Ouattara, le Ministre des Affaires Étrangères n’était pas convié.

 Informé, ce dernier a immédiatement fait appeler la primature pour annoncer son intention de venir participer à cette séance de travail.  Hamback n’avait d’autre choix que d’autoriser sa participation à cette réunion pour laquelle sa présence était absolument inutile. Alassane Ouattara cache difficilement son exaspération face à la tiédeur qu’a manifestée son Premier Ministre dans les moments de crise en septembre 2020 quand l’opposition a lancé son mot d’ordre de désobéissance civile. Le candidat Ouattara a convoqué une réunion de crise au palais présidentiel. Était présent autres le président lui-même, son frère aîné birahima Ouattara, sa nièce Masséré Touré Koné, Patrick Achi, Adama Bictogo et Hamed Bakayoko. Devant ce monde, il n’est pas passé par quatre chemins pour manifester son mécontentement à Hamback. il interpella son Premier Ministre en ces termes “Hamed, tu dois comprendre que les messages que tu livres lors des meetings doivent être incisifs, poignants et sans ambiguïté. Je dois défendre les institutions de la république et les décisions qui en découlent.  Je ne sens pas ta ferveur et ton engagement. tu sais bien que la maison est en danger et tu dois la défendre.”

 Le jour de son départ à Paris pour ses vacances après la Présidentielle, Alassane Ouattara est accompagné à son avion par l’ensemble des membres du gouvernement. A l’aéroport d’abidjan, feignant une blague le Président a lancé à son Premier Ministre sous le regard vigilant de PHOTOCOPIE “ je pars mais Hamed il faut que tu sois sage en mon absence hein”. 

Vous pourrez lire aussi :   Présidentielle en Guinée : des violences post-électorales embrase le pays

Si cela a fait rire Alassane Dramane Ouattara, Hamed Bakayoko a été profondément frustré. Il a compris que le Président ne lui faisait pas totalement confiance malgré les gages répétées de loyauté qu’ils ne cessent de lui donner.

Photocopie qui depuis longtemps n’avait aucune confiance à Hamed Bakayoko l’avait placé sous surveillance 24 heures sur 24 et fait écouter toutes ses communications par un des cinq drones d’interceptions téléphoniques qu’il a acquis auprès de la société investiv-côte d’ivoire. Le Premier Ministre est alors constamment obligé de changer de domicile et de communiquer à l’aide de téléphones basiques sans GPS ni accès à l’internet.

De plus, il voyait bien que le Président ne faisait rien pour stopper Adama Bictogo.Il dit à qui veut l’entendre que le vrai Premier Ministre c’est Patrick Achi.

Ce qui devait arriver…arriva

Le mercredi 24 au jeudi 25 février 2021, 1056 kilos de cocaïne pure en provenance de Colombie ou du Paraguay ont été saisis au domicile du Docteur Hervé n’dri beau-frère d’Hamed Bakayoko. La valeur marchande est estimée au minimum à 25 milliards de francs CFA. Cette saisie spectaculaire qui intervient à un moment où empoisonné par Photocopie et atteint d’un cancer du foie Hamed Bakayoko qui ne pèse plus que 72 kg est affaibli et très fortement diminué. Il a récemment été évacué en Allemagne par son épouse madame Yolande Bakayoko.

Son entourage indiqua clairement qu’il était empoisonné parce qu’il était un adversaire sérieux dans la course au fauteuil présidentiel. Pire, de son lit d’hôpital à Paris, Hamed Bakayoko vient d’être dépouillé de toutes ses fonctions étatiques. Son pire ennemi, celui-là même qui l’a empoisonné, a hérité du ministère de la Défense.

Pourtant quelle salle besogne Hamed Bakayoko n’a pas accompli pour Alassane Ouattara. Hamback a été utilisé pour les basses besognes et rejeté comme un pestiféré.

Que son âme repose en paix et beaucoup de courage à sa famille et à son épouse.

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter