Ouagadougou : Des cabinets médicaux illégaux commercialisent Des produits destinés à la gratuité des soins

Deux cabinets médicaux, « MANEGDEB KETA » et « INFIRMIERS LAAFI TO KAYE » et un Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) privé dénommé CSPS PRIVÉ ISSA « LAAFI SOORE », ont été démantelés par la gendarmerie de Nongr-Massom. Les précisions sur ces centres de santé illégaux ont été données à la presse, ce mardi 16 mars 2021, dans ladite gendarmerie à Ouagadougou.

« MANEGDEB KETA » et « INFIRMIERS LAAFI TO KAYE ». Ces deux cabinets médicaux sont ouverts et exercent illégalement dans le quartier Nioko II, dans l’arrondissement numéro 4 de Ouagadougou. Grâce à une enquête de la gendarmerie de Nongr-Massom, ces cabinets ont été démantelés.

Selon la gendarmerie, le constat est survenu suite aux sorties sur le terrain. Une enquête « circonstanciée » a été ouverte. « Ainsi, les investigations ont permis de confirmer l’existence de deux cabinets médicaux appartenant aux sieurs E.F et C.D (MANEGDEB KETA et INFIRMIERS LAAFI TO KAYE) ouverts et exerçant illégalement dans ledit arrondissement », a indiqué l’adjudant-chef major Abdoulaye Sawadogo.

Vous pourrez lire aussi :   Cissin : Une femme perd son bébé lors de son accouchement suite au mauvais traitement de l’accoucheuse.

Une perquisition effectuée dans l’un des cabinets médicaux a permis la découverte d’un important lot de médicaments destinés à la prise en charge gratuite des populations, a souligné Abdoulaye Sawadogo. L’inventaire du stock de produits fait par les inspecteurs de santé est estimé à plus de 4.000.000 F CFA.

Répondant aux questions des enquêteurs, « le gérant leur cite les noms de cinq agents de santé dont quatre à Ouagadougou et un à Gaoua comme étant ses pourvoyeurs », ont relaté les conférenciers. Les investigations ont également montré que le centre médical a été ouvert en association avec un docteur du nom de A.B, exerçant à Dori. « Aussi, il précise que cela a été possible avec la complicité d’un retraité du nom de C.D qui leur aurait remis son arrêté de création de cabinet datant de 2018 dont la validité était de douze mois », a expliqué l’adjudant-chef major.

Un CSPS privé illégal

Dans le même quartier, la gendarmerie a découvert un Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) privé dénommé CSPS PRIVÉ ISSA « LAAFI SOORE ». A en croire l’adjudant-chef major Abdoulaye Sawadogo, cette structure est composée d’une salle d’hospitalisation, d’une salle d’accueil, d’une salle de consultation et d’un dépôt pharmaceutique. Ce centre est la propriété de K.I, un infirmier diplômé d’Etat. « Ce dernier n’a aussi aucun document légal lui permettant d’exercer le métier », a affirmé Abdoulaye Sawadogo.

Vous pourrez lire aussi :   3 conseils simples pour prévenir le diabète

Dans ce CSPS privé, l’inventaire des produits dans le dépôt pharmaceutique est estimé à environ 1.301.759 FCFA.

Même si l’on ne doit pas douter de la qualité des produits de ces centres de santé, la compétence des agents de soin est remise en cause par la gendarmerie. N’ayant aucune expérience en matière de soin hospitalier, les agents font des consultations et hospitalisation qui ne respectent pas les règles de l’art. Ce sont les registres de soin qui ont permis aux enquêteurs de tirer cette conclusion.

Cette enquête a permis d’interpeller neuf personnes dont sept agents de santé. Sur les sept agents, cinq sont ceux qui revendaient les produits. L’affaire est transférée au parquet pour une suite judiciaire. Aux citoyens, l’adjudant-chef major Abdoulaye Sawadogo leur demande de ne pas se fier à toute structure de santé qu’ils verront, et les exhorte à dénoncer des pratiques qu’ils trouvent suspectes dans leurs différentes zones.

Vous pourrez lire aussi :   Ebola en RDC, le Rwanda voisin ferme sa frontière pour se prémunir

Source : lefaso.net

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter