Concert de l’artiste KAYAWOTO, les analyses du Journaliste culturel Marius Diessongo

De mémoire de journalistes , c’est la première fois que je vois autant de monde à un spectacle au palais des sports de Ouaga 2000. Le palais des sports ne tenant plus, les organisateurs ont été contraints de fermer les portes de la salle. Dans la cour, de nombreux Maoulandais regardaient le spectacle sur des écrans géants.

Un monde fou! Mais au niveau de l’organisation, il y a eu un véritable cafouillage par moment. D’abord, l’entrée en scène ingénieuse de l’artiste avec les motards du faso a perdu sa saveur avec le déficit de sécurité à côté de la scène.

Des spectateurs en grand, avec leur téléphone, sans être inquiétés par la sécurité ont empêché les autres spectateurs de suivre cet instant. L’artiste a même eu du mal à se défaire de ces fans surchauffés pour monter sur scène. Le pire était à craindre.

Tout démarre bien sur scène avec l’installation d’un fauteuil royal et ensuite l’intonation de l’hymne national. Que c’est magnifique ! Cet instant de plaisir va s’interrompt, car au bout d’un moment le son va s’arrêter. La musique ne passe plus.

Vous pourrez lire aussi :   Mort de Dj Arafat : les fétiches ont-ils failli ?

L’artiste traîne sur scène, il essaie des freestyles, le temps que les techniciens trouvent une solution. Par moment son micro le lâche. C’est en ce moment que les Maoulandais applaudissent et émettent des cris pour le soutenir. Ah oui, ses fans l’adorent. Je me renseigne sur les raisons de la panne, j’apprends que c’est un spectateur qui a marché sur un câble près du podium.

Avec ce désordre là, c’était évident. C’est a ce demander s’il avait un régisseur plateau et la sécurité conséquente autour du podium. Comment comprendre que c’est l’artiste même qui suppliait le public de s’éloigner de la scène ? A un moment, n’importe qui avait accès à la scène. D’ailleurs, une fane a failli terrasser l’artiste pendant sa prestation.

Les prestations du roi de la Maouland était entrecoupées fréquemment par des présences inopinées d’artistes et ” faroteurs” sur le podium. C’était lassant et pas professionnel au niveau de la régie.

Pour sa prestation, l’artiste a fait un live acceptable avec de très bons musiciens comme le pianiste Amidou Ledoux et bien d’autres. J’imaginais une collaboration d’un DJ avec les musiciens, le son aurait eu une autre couleur.

Vous pourrez lire aussi :   Ouganda : l'artiste et blogueur Ziggy Wine décède suite à des tortures

Malgré toutes les imperfections relayées plus haut, les fans du roi de la Maouland ne semblaient pas être gênés. Ils chantaient en chœur les tubes de leur artiste. KAYAWOTO a un charisme et un certain magnétisme sur scène et des fans déterminés. Quelle chance!

Néanmoins, saluons l’organisation pour l’idée de l’entrée en scène originale de l’artiste, pour le look des danseurs que j’ai apprécié ( en motards), pour cette bonne communion dirigée par Moussa Gnegne dit DJ Mouss.

Marius Diessongo, Journaliste culturel

Commentez l'article

Abonnez-vous à la Newsletter