Football : quatre officiels gabonais dans le collimateur de la FIFA

La Fédération internationale (Fifa) a annoncé mardi 3 mai avoir ouvert une enquête disciplinaire contre trois entraîneurs et un haut responsable du football gabonais, soupçonnés depuis fin 2021 de multiples agressions sexuelles de joueurs mineurs.

En décembre dernier, l’instance mondiale du foot avait d’abord entamé des investigations préliminaires contre Patrick Assoumou Eyi, entraîneur de l’équipe nationale des moins de 17 ans jusqu’en 2017, également au cœur d’une enquête pénale dans son pays.

Une affaire « très grave et inacceptable »

La chambre disciplinaire de la Fifa a étendu au monde entier la suspension provisoire infligée le 17 décembre par la Fédération gabonaise de football à Eyi, surnommé « Capello », et accusé d’avoir abusé de plusieurs centaines de jeunes garçons. Le président gabonais Ali Bongo Ondimba avait évoqué une affaire « très grave et inacceptable ». Il avait donné pour instruction « de saisir le ministre de la Justice pour l’ouverture d’une enquête judiciaire dans la communauté du football national pour des abus sexuels ayant été commis contre des enfants, garçons et filles », mais aussi « d’élargir l’enquête à toutes les fédérations sportives nationales » pour « éradiquer les potentiels prédateurs sexuels ».

La Fifa a aussi ouvert des procédures distinctes contre deux autres entraîneurs gabonais, Triphel Mabicka et Orphée Mickala, ainsi que le président de la Ligue de football de l’Estuaire, la province de la capitale Libreville, Serge Ahmed Mombo. Ces trois hommes sont bannis pour 90 jours de toute activité dans le football (administrative ou sportive), « au niveau national comme international », précise l’instance.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.