Burkina - Niger
Enquête

Burkina – Niger : un crédit de 3 milliards qui surchauffe les relations

Les faits remontent en 2015 lors des élections présidentielles aux Burkina Faso. Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) avait mis tout son va-tout pour la conquête du pouvoir d’État. Des moyens colossaux avaient été déployés pour conduire Roch au pouvoir. Mais voila… quelques années après, les langues se délient, le Président Nigérien réclame le remboursement d’un crédit de 3 milliard de Franc CFA qu’il aurait prêté au MPP pour financer la campagne électorale.

Une affaire de gros sous entre Le Président Roch Marc Christian KABORE et le Président Nigérien Mahamoudou ISSOUFOU révélée par le mensuel burkinabè ” Le Dossier ” dans ses numéros 30 et 31.

Tous les burkinabè se rappellent des grands moyens utilisés par le MPP pour avoir la faveur des votes en 2015. Comme il est de coutume en Afrique, les élections sont toujours remportées par ceux qui ont plus de moyens au détriment de la qualité des programmes politiques.  Cette réalité, la tête pensante du MPP feu Salifou Diallo le savait bien.

Vous pourrez lire aussi :   Offre immobilière de l’Entreprise Abdoul’Service International : Arnaque ou Incompréhension ?

Profitant de ses bonnes relations avec le Président Nigérien, Gorba aurait contracté un crédit à l’insu de ses deux compagnons pour financer  la campagne du MPP. Un crédit qui devait être remboursé une fois au pouvoir.

Cette pratique n’est pas nouvelle sous nos tropiques.  Les favoris des élections présidentielles ont pour habitude d’emprunter de grosses sommes d’argent soit à des hommes d’affaires soit à d’autres pays pour renforcer leur position afin de gagner les élections. Une fois au pouvoir, le remboursement devient facile puisqu’ils sont malheureusement les seuls et réels détenteurs de la trésorerie de leur pays.  Souvent le remboursement se fait en nature par des arrangements incongrus jamais dévoilés. On se rappelle de la campagne de Nikolas Sarkozy financée par l’ancien président gabonais feu Oumar Bongo ou tout près de nous au Benin avec le candidat Lionel Zinsou qui a fait appel à l’homme d’affaire Burkinabè Mahamadou Bonkoungou (PDG EBOMAF) pour financer sa campagne. 

Vous pourrez lire aussi :   Canal + France : environ 500 postes seront supprimés

Le climat se détériore entre les parties lorsque le candidat malgré les investissements, n’arrive pas à accéder au pouvoir.  Mais qu’en est-il du cas Burkina-Niger ?

Le décès de Gorba qui complique la situation

Le 24 Août 2017, lorsque le Président Mahamoudou ISSOUFOU foulait le sol Burkinabè pour les obsèques de Salifou Diallo, il était sans doute doublement attristé.  Le chagrin de la perte d’un ami et l’angoisse de ne pas rentrer en possession de ses sous ; l’acteur principal n’étant plus là.

Le reste de l’histoire justifiera cette double tristesse notamment la seconde. Deux ans après la mort de celui qui a été son conseiller principal pendant des années, c’est le silence absolu du coté de Ouagadougou concernant le crédit contracté au nom du MPP. Face à cette situation, le président Nigérien qui est presque à la fin de son dernier mandat décide de réclamer à son homologue burkinabè les trois milliards qui ont servi au financement de la campagne de son parti.

Vous pourrez lire aussi :   Comptes Bancaires des Ministres : quand le manque de franchise trahit la confiance

  Le Président Roch nierait toute implication…

Présenté comme un homme de consensus et un farouche combattant de la démesure, Roch Mark Christian KABORE réfuterait sans doute au moment des faits l’idée d’un tel crédit. C’est aussi pour cette raison que Gorba a dû le contourné pour sceller ce contrat avec le Président  Mahamoudou ISSOUFOU, avec pour objectif ultime d’offrir la victoire au MPP.

En fin de compte, Le Président Burkinabé ne se sentirait pas lier à ce crédit pour la simple et bonne raison qu’il ignorait complètement son existence. Fera-t-on appel une fois de plus à la diplomatie pour assouplir ce diffèrent ? Ou chaque partie restera camper sur sa position au risque d’enflammer les tensions entre les deux pays ?

Attendons de voir..

Rédaction / Cosmos Ouaga

Commentez l'article