Sécurité

HALTE SUR L’USIGN (L’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) : un corps d’élite aux performances exceptionnelles.

   Créée en 2012 et officialisée en 2015 sous la transition par décret, L’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale forge aujourd’hui respect et admiration. Forte de plus de 300 hommes, cette Unité est l’une des plus performantes des Forces de Défense et Sécurité du Burkina Faso. Elle a été créée avec des attributions spécifiques à savoir la lutte contre le terroriste et le grand banditisme, la libération d’otages, la protection des hautes personnalités, la recherche et l’interpellation d’individus « dangereux ». L’USIGN est dirigée depuis sa création par le chef d’escadron le Commandant EVRARD SOMDA. Les procédures de recrutement des éléments de l’USIGN sont des plus rigoureux. Pour espérer faire partir de ce corps, Il faut avoir moins de 35 ans et présenter des aptitudes physiques et morales irréprochables. La précision dans le tir, un courage hors du commun et l’excellence dans l’exécution des missions sont autant de caractéristiques qui symbolisent un élément de l’USIGN. Pour être opérationnels à tout moment, les éléments de ce corps ont des entraînements réguliers et des simulations dans des conditions réelles. L’USIGN est un corps d’élite secret. Par conséquent, l’identité des éléments qui le composent est rarement affichée. Ceci explique le port permanent de cagoules à chaque apparition publique.
L’Unité intervient dans des situations extrêmement dangereuses comme les prises d’otages ou les attaques terroristes. En guise d’illustration, il faut noter que ce sont les éléments de L’USIGN qui ont lancé l’assaut lors de la récente attaque terroriste du 13_Août_2017 et celle du 15_Janvier_2016 pour neutraliser les terroristes. En plus de ces interventions d’ampleur, on leur attribue aussi plusieurs opérations effectuées dans l’ombre : lors du coup d’Etat manqué du 16_Septembre_2015, le commandant Evrard Somda et ses hommes auraient joué un rôle prépondérant, ce qui a permis sans doute de faire échec au putsch.
L’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale constitue une fierté pour le Burkina Faso. Avec peu de moyens, ce corps a su se donner une certaine admiration auprès des populations par la bravoure et la performance de ses hommes. Pour être encore plus efficace et atteindre le summum de l’excellence, les autorités doivent indéniablement doter ce corps de matériels adéquats et sophistiqués. Ce qui permettra de réduire le nombre de blessés dans leur rang lors des assauts ou autres types d’interventions. A un corps d’élite, il faut forcement du matériel d’élite.
Il faut souligner au passage que les FDS possèdent en leur sein d’autres corps d’élite parmi lesquels on peut citer l’UIP (l’Unité d’Intervention Polyvalent) et la BAC (Brigade anti-criminalité), tous les deux issus de la POLICE NATIONALE. Ils feront l’objet d’une halte prochainement.

Assane BAGAYA
Journaliste /Communicateur

Commentez l'article